Si si, para todo aquel que quiera ver en directo el «Festival Mondial du Cirque de Demain», se retransmitirá hoy, por internet.

La web donde podeis entrar a ver el espectáculo es liveweb.arte.tv/fr/video/Festival_Mondial_du_Cirque_de_Demain y en cuanto entreis vereis que la cuenta atrás a comenzado…

Hoy 28 de enero, a las 20:35 horas, empezará la nueva edición de este festival con la siguiente programación (pongo la sinópsis de cada compañía de circo en francés):

Duo Paradise
(Ukraine)
Portés acrobatico

Diplômés de l’Académie des Arts du Cirque de Kiev, mis en scène par Konstantin Tomilchenko et Natalia Krotova, ces jeunes artistes mêlent la force à l’élégance pour créer un duo inédit où le point d’équilibre n’est pas toujours là où on l’attend… La fluidité des enchaînements rend l’accomplissement des figures encore plus spectaculaire…

Lisa Rinne
(Allemagne)
Trapèze ballant

Diplômée de la première promotion de l’Academy for Circus and Performance Art de Tilburg fondée et dirigée par Samuel Jornot, Lisa a imaginé un numéro inédit où la montée à l’échelle pour gagner son trapèze fait partie intégrante de sa création. Trapéziste, elle associe à une très grande aisance gestuelle une puissance étonnante dans la maîtrise de ses enchaînements. Dans une discipline développée depuis la « révélation » d’Elena Panova en 1987, elle apporte une dimension nouvelle et s’inscrit dans la lignée des trapézistes qui ont contribué à se réapproprier une technique longtemps réservée aux hommes.

Koblikoff
(Ukraine)
Clowns

Diplômés de l’Académie des Arts du Cirque de Kiev, Sergii Koblikoff, Iryna Sorokolietova et Vasyl Gashuk ont été formés et mis en scène par Alexander Belogub. Ils jouent à la fois sur une solide caractérisation physique et des qualités acrobatiques évidentes : la synthèse de leurs trois personnalités ravive le mécanisme des trios classiques, mais avec une vraie modernité. Leurs entrées sont accompagnées par Le Tango des assassins de John Powell.

Baskultoo
(Canada / France)
Planche coréenne

Ugo Dario et Maxim Laurin sont diplômés de l’École Nationale de Cirque de Montréal. Ils ont choisi la planche coréenne pour s’envoler, c’est sûr, mais aussi pour démontrer qu’avec une simple planche et beaucoup d’énergie, on pouvait essayer de toucher les étoiles… ?Leurs costumes ont été créés par Lysandre.

Audrey Decaillon
(France)
Jonglage

Autodidacte, Audrey Decaillon a créé un solo où la sensualité se mêle à la détermination : les massues s’entrecroisent, roulent en suivant les courbes du corps, produisant une étrange fascination pour une virtuosité élégante, sans effets, fluide et en harmonie avec l’accompagnement musical. À partir d’un simple banc, un rythme poétique et joyeux imprègne chacun des gestes et entraîne chaque spectateur dans un univers harmonieux.

Blue Dragon
(Taiwan-Chine)
Diabolos

Inspirés par la symbolique du Dragon, créature à la fois élégante et puissante, ces quatre garçons manipulent leurs diabolos avec une facilité déconcertante. Conçu comme une partition « diabolique » pour quatuor, leur numéro associe virtuosité et rapidité tout en proposant des combinaisons inédites. Formés à l’Académie de Diabolo de Taiwan, ils sont les dignes successeurs de William Wei-Lang Lin, médaille d’Or du Festival il y a trois ans. Leurs costumes ont été créés par le styliste Yu-Te Ying et ils manipulent leurs diabolos sur les morceaux Red Dragon et Dragon rises de Hirovuki Sawano.

Tatiana Mosio-Bongonga
(France-République Démocratique du Congo)
Funambule

Issue du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne, formée à la technique du funambulisme avec Didier Pasquette et Rudy Omankovsky, Tatiana s’est également perfectionnée au fil de fer avec Isabelle Brisset et Sarah Schwartz. Son numéro mêle d’ailleurs les deux disciplines, accompagné par un musicien live, son père. Son costume a été créé par Solenne Capmas.

David Pereira
(Espagne)
Contorsion-danse

Acrobate d’une flexibilité exceptionnelle, David Pereira a développé ses aptitudes créatives dans le cadre de Base Berlin, studio de recherche créé par Markus Pabst. Il allie à une très grande élégance de mouvement une souplesse hors du commun. Son numéro est une puissante allégorie des ravages du Sida et de son impact sur la vie quotidienne. Un caddie de supermarché, de fragiles ailes d’ange et un regard lucide et poétique font de ce numéro un exceptionnel instant de cirque.

Sofia & Gonçalo
(Portugal)
Portés acrobatiques

Gymnastes d’exception, plusieurs fois champions, Sofia et Gonzalo ont créé ce numéro à partir de leur très grande complicité physique, une véritable osmose qui leur permet de s’abandonner complètement et d’enchaîner avec une incroyable sensation de facilité les figures les plus complexes. En quelques minutes, un moment d’acrobatie fusionnelle est devenu un pur instant de cirque… Et c’est magique !

Dropline
(France-Allemagne-Finlande)
Jonglage

Formés à l’Académie Fratellini, ces cinq jeunes artistes ont créé ce numéro sous la direction de Denis Paumier, fondateur de la Cie Les Objets Volants, lui-même formé au Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne et ancien lauréat du Festival… Leur travail, spécialement développé pour le 33e Festival, est à la fois une subtile architecture visuelle et une formidable démonstration de virtuosité. C’est un ballet hypnotique où l’œil et l’esprit sont sollicités sans relâche, où géométrie et manipulation se conjuguent à la lumière pour créer une étrange sensation d’envoûtement…

Compania Havana
(Cuba)
Barre russe

Ces six jeunes artistes viennent de l’École Nationale de Cirque de la République de Cuba. Ils font également partie de la troupe du Cirque national de Cuba, Circuba et ont créé ce numéro de barre russe sur le modèle des performances des acrobates soviétiques. Mais la différence fondamentale, c’est l’énergie et la joie de vivre qu’ils insufflent dans le moindre de leurs gestes et de leurs sourires. Au-delà d’un niveau technique exceptionnel, c’est la chaleur communicative de Cuba qui s’invite à Paris!

Anthony Weiss
(France)
Trapèze ballant

Diplômé de l’Ecole Nationale de Cirque de Montréal, formé par Victor Fomine, Anthony cumule la force, l’énergie brute et une élégance rageuse qui font de son numéro un formidable condensé de puissance et de rythme. Il s’inscrit avec style dans la lignée des trapézistes masculins qui régnaient presque sans partage sur la discipline jusqu’à la fin des années 1980.

Malabart Revista Digital de Circo-Teatro Formulario de Contacto
Enviar
Shares
X
X